Dis-moi ce que tu manges, je te dirais ce que tu es.

De notre pourriture des vers se repaîtront, et eux-mêmes écloront pour servir de repas à une bête plus grosse. 

Ainsi se déroule le cycle néant/vie/néant. Personne n'y échappe, c'est ainsi que se déroule le chemin de vie.

Alors pas besoin de cruauté, ni de pitié, ou encore de nier ce fait :

Dis-moi ce que tu manges, je te dirais ce que tu es.

nl2-17-Mouche

 

Hop ! Un petit passage par les Nuits Lourdes !

Technique à la plume, le tout incontrôlé et sans préméditation.